À 12 ans, Daniel Bissonnette est un véritable chouchou chez les petits et les grands. Il est devenu un vrai phénomène dans son pays, le Canada, et aux États-Unis, et fait le bonheur des parents qui ne parviennent pas à faire avaler une once de légumes ou de fruits à leurs chérubins. 

Daniel Bissonnette, ce patronyme ne nous dit rien ici en Europe mais au Canada et aux Etats-Unis, il est une véritable star ! A 12 ans, ce jeune britanno-colombien est déjà un militant végane acclamé, un auteur publié et une véritable vedette des réseaux sociaux.

 

« J’étais un enfant bizarre pour les autres enfants »

Élevé en tant que végane dès sa naissance, Daniel a pris très tôt conscience qu’il était différent des autres enfants. Et ce d’autant plus que tous les autres enfants l’ont perçu comme un farfelu, n’hésitant pas à le taquiner systématiquement sur le contenu de son déjeuner. Et il le dit lui même : « J’ai passé huit ans de ma vie à être traité d’enfant bizarre parce que je mangeais différemment. »  Eh oui, seuls les produits sains, dépourvus de graisses, de sucres, d’animaux et de pesticides ont droit de cité dans son assiette. Et c’est grâce à une de ses enseignantes de 3e année de maternelle que le militantisme pro-végane du jeune Daniel va éclore. Elle lui propose de présenter, devant toute sa classe, son régime alimentaire. Un vrai « déclic » pour que les « autres enfants ne redoutent plus les moqueries et pour les aider à manger sainement » dit-il.

L’activisme chevillé au corps

Depuis Daniel s’est investi dans cette mission et ne s’arrête plus. Il enchaîne les conférences aux quatre coins des États-Unis et du Canada, dont la dernière remonte au 28 mai 2017 à Vancouver à l’occasion de la Veg Expo.

Entre deux conférences, il distille ses conseils alimentaires dans son émission hebdomadaire disponible gratuitement sur sa chaîne YouTube. Très à l’aise devant la caméra, il n’a rien à envier aux présentateurs les plus célèbres d’ici et d’ailleurs.

Et comme si ça ne suffisait pas, il a récemment sorti un livre de petits-déjeuners véganes essentiellement basés sur des smoothies donc sans gluten, composés de fruits et sans adjonction de sucre. Selon lui, les repas du matin composés de bleuets (une sorte de petite myrtille), d’huile de coco et de cacao cru accroîtraient les fonctions cognitives. La mémoire et la concentration des enfants, mais aussi celles des parents, seraient ainsi décuplées. « J’ai réalisé que j’avais certaines capacités mentales  que d’autres n’avaient pas, certains avantages, certaines forces qui proviennent de la nourriture que je mange », justifie le jeune activiste.

Il est devenu si rapidement célèbre qu’en mars 2014, il était invité à la Marche mondiale contre Monsanto à Vancouver.

Alors à quand un petit tour de France pour Daniel ? Et au fait elles sont où, les carences ?

Retrouvez-nous aussi sur notre page Facebook
Publicités